Que vous soyez jeunes (+16ans) ou âgés, joueurs débutants ou confirmés, nous vous souhaitons la bienvenue à Vol Au Vent, la ville où le voleur rôde dans les rues, où le policier s'affaire à lui courir après, et où bien d'autres s'occupent étrangement...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le vase en jade du comptoir commercial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Téa
Admin
Peuple : Humain
Or : 503

Feuille de personnage
Or: 84


MessageSujet: Le vase en jade du comptoir commercial Jeu 26 Mar - 15:19
avatar
Réveillée de bonne heure par un messager de la Guilde, Téa était encore un peu ensommeillée, mais de très bonne humeur. Tôt ce matin, un apprenti avait essayé de voler des bijoux actuellement mis en exposition au comptoir commercial. Il avait brisé les vitres, et récupéré deux trois babioles. Pas très habile, l'alerte avait été donnée presque aussitôt, et hélas pour lui, il se chuchotait que par mesure de précaution, tous les bijoux exposés étaient des faux.

Néanmoins, cela avait causé une certaine agitation, et c'était le grand remue-ménage au comptoir. On avait fait venir un inspecteur pour mener l'enquête, faux ou pas, un vol avait été commis, L'UCCB tenait à retrouver le coupable.

Pour ne pas nuire aux affaire, le comptoir n'avait pas été fermé. Seule une zone que quelques gardiens peinaient à sécuriser étaient interdite aux badauds. A la belle affaire. Téa soupira d'aise. Cela faisait un moment qu'elle lorgnait le vase en jade qui trônait derrière le bar. Avec tous les curieux qui allaient et venaient, ça allait être un jeu d'enfant. Depuis une semaine, elle s'était faite embaucher comme serveuse. Elle avait sorti des vêtements pas trop voyant, mais de bonne facture, une longue robe brune avec quelques motifs brodés, et un corset assorti passé par dessus une chemise blanche. Sachant que ses cheveux attiraient facilement l'attention, elle les avait lavé avec une solution de thé noir et de poudres orientales, puis les avait solidement attaché en chignon. Cela ne les coloraient pas complètement, mais cela ternissait considérablement leur éclat, les faisant passer pour plus bruns que roux.

Bref, ainsi vêtue, elle se fondait plus facilement dans la masse, ressemblant facilement à une jeune employée, pas trop tape à l'oeil, et son visage était désormais suffisamment connu pour qu'on ne lui pose pas de questions lorsqu'elle se déplaçait dans le bâtiment.

En premier lieu, il lui fallait se renseigner sur la situation. La police était-elle aux aguets ou uniquement concentrée sur le casse et le vol des faux bijoux ? Du coin de l'oeil, elle remarqua une elfe, l'air assez sure d'elle, qui semblait examiner les lieux avec attention. Une inspectrice, peut-être une limière, ou bien Téa avait perdu son flair.

Voyons voir, comment pouvait-elle tourner ça. Elle s'approcha de l'elfe, et s'inclina un peu gauchement, comme s'il elle était nerveuse.

- Bonjour. Je me nomme Tessa. Je suis employée ici. On m'a...

Téa regarda autour d'elle. Les dirigeants du comptoirs avaient visiblement laissé l'affaire entre les mains des policiers. Et les autres employés essayaient de satisfaire la curiosité des clients. Parfait.

- On m'a demandé de faire mon possible pour vous faciliter l'enquête. Vous êtes bien l'inspectrice qui s'occupe de l'affaire ?

Si l'elfe mordait à l'hameçon, elle pourrait recueillir un maximum d'informations sur le cours de l'enquête, et saurait quand ce serait le moment le moins risqué de faire main base sur le vase. Elle jeta un coup d'oeil vers ledit objet. Une pièce magnifique. Et si tout allait bien, d'ici la fin de la journée, il serait à elle. Un jeune chapardeur a qui elle confiait parfois des petites missions devait lui apporter le double de la clé de la vitrine qui gardait le vase en fin de matinée. Il ne restait plus qu'à tout organiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Amië
Peuple : Elfe
Or : 183

Feuille de personnage
Or: 301


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Lun 6 Avr - 12:41
avatar
Un messager venu la réveiller très tôt ce matin, Leïna s'était vêtu d'un pantalon ainsi que d'un t-shirt qui lui permettrait d'être à l'aise tout au long de sa journée de travail. Une fois sa veste d'uniforme enfilée, elle prit la route vers le comptoir commercial. Elle savait bien que les bijoux exposés étaient des faux, mais il était important de trouver le coupable pour l'emprisonner.

Arrivé sur place, l'inspectrice fit un rapide état des lieux : seules quelques babioles avaient été volée, des vitres avaient été cassées, mais rien de très précieux n'avait disparu. Le comptoir resté ouvert, il faudrait faire attention aux passants : l'un d'entre eux pourrait très bien être le voleur venu observer l'enquête, et d'autres voleurs pourraient vouloir en profiter pour s'emparer d'autres choses.

Alors qu'elle était en pleine étude de la scène de crime, se disant que des yeux de lynx lui seraient bien utile et que ses oreilles ne lui servaient à rien de si bon matin, Leïna entendit quelqu'un s'approcher. La jeune demoiselle d'un brun aux reflets roux s'adressa nerveusement à elle :
- Bonjour. Je me nomme Tessa. Je suis employée ici. On m'a... On m'a demandé de faire mon possible pour vous faciliter l'enquête. Vous êtes bien l'inspectrice qui s'occupe de l'affaire ?

Leïna n'ayant pas demander d'assistance aux gérants, elle se demanda si ils étaient prévenant ou si la jeune femme était un imposteur. En regardant autour d'elle, elle ne vit aucun employé qui semblait se méfier. Elle décidé de lui répondre :

-Bonjour Tessa, je suis effectivement Leïna, l'inpestrice chargée de retrouver le voleur. J'aurai quelques questions à vous poser avant toute chose.

Voyant la jeune femme regarder vers le comptoir, elle continua en espérant qu'elle était écoutée.
-Avez-vous remarqué une personne qui rodait ces derniers temps ? Quelqu'un qui serait venu plusieurs fois regarder sans jamais rien prendre ?

En attendant la réponse, Leïna continua d'observer les passants en essayant d'écouter toutes les conversassions qu'elle pouvait : certaines personnes ne trouvait pas ça étonnant, d'autres s'inquiétaient de combien d'argent il s'agissait, d'autres encore se demandaient si le comptoir allait fermer. L'inspectrice repéra dans un coin, un jeune homme qui semblait observer la scène, il ne parlait à personne et semblait très concentré : il serait donc à surveiller tout au long de l'enquête !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Téa
Admin
Peuple : Humain
Or : 503

Feuille de personnage
Or: 84


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Lun 6 Avr - 21:27
avatar
Très bien, parfait. Pour un peu, Téa se serait frotter les mains en signe de satisfaction. Visiblement, cette Leïna tombait droit dans le panneau. En même temps, il était vrai que pour le moment, il n'y avait en effet strictement rien à lui reprocher, ni de gestes ou une attitude pouvant prédire qu'elle allait voler le vase. Enfin, tenter de le voler plutôt. Tant que le coup n'était pas fait, on n'était jamais sûr de rien dans ce métier.

- Des questions ? Oui, bien sur, je suis là pour ça.

Elle écouta l'inspectrice et fit mine de réfléchir, tout en la regardant attentivement. Sur le qui vive, l'elfe semblait avoir des yeux et des oreilles partout. Très observatrice visiblement. Il faudrait se méfier. Son regard s'attarda quelques secondes de plus sur un individu un peu à l'écart. Téa essaya de se rappeler où elle l'avait déjà vu.

- Une personne qui rôdait ? Voyons voir... Il y a beaucoup de monde qui vient ici, bien que le plus souvent ils prennent une consommation, ils sont là pour les affaires, et il arrive fréquemment qu'ils se contentent de prendre place, attendent leur rendez-vous et repartent.

Ah ça lui revenait. Le puiné de Sir Lordrick, un bourgeois récemment anoblit, ayant fait fortune dans le commerce et le transport de marchandises avec les nains. Le jeune homme, Henri si elle avait bonne mémoire, avait pris un peu la grosse tête ces derniers temps, à cause de ce changement de statut social Se sentant plus fort que ses anciens amis, plus assuré, il les menait à travers la ville, méprisant les pauvres gens, et toujours en train de mijoter un mauvais coup. Oh, rien de bien méchant, mais toujours quelque peu embêtant pour sa victime. Qu'est ce qu’il faisait là ? Après son dernier coup, la rumeur courrait comme quoi son père lui avait volé dans les plumes et redresser les bretelles Toutefois, il n'était pas vraiment du genre à s’intéresser aux affaires de son paternel.

- Laissez moi voir... je crois que notre client le plus récent est ce jeune homme là bas.

Elle désigna sans retenue le jeune Henri.

- Il reste dans son coin, un peu boudeur, et n'est pas très aimable avec le personnel. Cependant il a l'air de bonne famille. je n'ai pas le souvenir de l'avoir vu commander quoi que ce soit. Ho et il y a aussi...

Essayant de se remémorer son travail de la semaine, qu'elle avait davantage passé à examiner le vase que les potentiels marchands de passage, elle repéra une dame entre deux âge, qui avait fait un scandale deux jours auparavant.

- Cette dame là bas. Je ne sais pas qui c'est, mais elle ne consomme rien, pourtant elle nous a fait une scène épouvantable l'autre jour. Quelqu'un l'aurait bousculé, ses lunettes seraient tombées et se seraient cassées. Mais je ne me rappelle pas l'avoir vu avec des lunettes sur le nez. C'est bizarre non ? Vous croyez qu'elle pourrait être la coupable ?

Décidément, elle ne savait pas qui était cet abruti d'apprenti qui avait tenté le vol, mais elle l'aurait serré dans ses bras en remerciement. La journée promettait d'être amusante. Aider un policier à faire son enquête ! Vraiment, c'était du jamais vécu pour elle, mais elle adorait déjà son rôle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Amië
Peuple : Elfe
Or : 183

Feuille de personnage
Or: 301


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Jeu 9 Avr - 17:52
avatar
Toujours attentive aux conversassions des curieux, Leïna attendait que la jeune femme réfléchisse à ces derniers jours.

- Une personne qui rôdait ? Voyons voir... Il y a beaucoup de monde qui vient ici, bien que le plus souvent ils prennent une consommation, ils sont là pour les affaires, et il arrive fréquemment qu'ils se contentent de prendre place, attendent leur rendez-vous et repartent.

Forcément, si ça n'avait pas été le cas le travail de l'inspectrice aurait été bien trop facile. Il faudrait donc éliminer les personnes une par une. Ce jeune homme silencieux intriguait toujours la jeune femme qui continuait de le fixer. Puis Tessa le désigna et dit :
- Laissez moi voir... je crois que notre client le plus récent est ce jeune homme là bas. Il reste dans son coin, un peu boudeur, et n'est pas très aimable avec le personnel. Cependant il a l'air de bonne famille. je n'ai pas le souvenir de l'avoir vu commander quoi que ce soit. Ho et il y a aussi...
Intéressant... L'instinct de Leya avait-il ciblé le coupable directement ? Son interlocutrice sembla essayer de se rappeler d'autres choses, l'inspectrice décida donc de ne pas la couper et nota sur son calpin "Demander des renseignements et interroger le silencieux".

-Cette dame là bas. Je ne sais pas qui c'est, mais elle ne consomme rien, pourtant elle nous a fait une scène épouvantable l'autre jour. Quelqu'un l'aurait bousculé, ses lunettes seraient tombées et se seraient cassées. Mais je ne me rappelle pas l'avoir vu avec des lunettes sur le nez. C'est bizarre non ? Vous croyez qu'elle pourrait être la coupable ?

Leïna regarda dans la direction pointée par l'employée : une femme entre deux âges dont elle avait écouté la conversation avec son amie quelques minutes auparavant :
"- Pas étonnant que quelqu'un ait voulu s'enrichir, et facile qui plus est ! Le personnel de ce comptoir est loin d'être réactif. - avait-elle déclaré.
- L'étale n'est pas surveillée ?
- Je ne sais pas, mais les personnes qui travaillent ici semblent plus intéressées par les ragots ou les objets plus rare situés derrière le comptoir que par ces bijoux. Le cambrioleur ne doit pas être quelqu'un de très malin pour ne pas avoir choisi l'étale plutôt que l'arrière du bar. "
Se remémorant cette conversation, elle élimina cette inconnue des suspects. Il était évident qu'elle préférait ce qu'il y avait derrière le bar : mais quels objets pourraient être mieux que des bijoux ? Il faudra se renseigner et bien surveiller cet endroit qui pourrait être prit d’assaut par une personne malveillante, elle ajouta à son calpin "Se renseigner et surveiller le bar"

- Je vous remercie pour ces renseignements Tessa. Je ne pense pas qu'elle soit coupable de grand chose à part d'être hautaine.

Un sourire gêné s'afficha sur le visage de Leya qui pensa aussitôt qu'elle avait parlé trop vite. Pourquoi avait-elle laissé aller ses pensées devant une inconnue ? Inspirait-elle tant confiance ? Il faudra qu'elle fasse attention à ses paroles à présent.
Les yeux de l'inspectrice se promenaient partout dans la pièce, cherchant toujours quelqu'un de suspect. Elle fit signe à un Gardien de s'approcher et lui murmura
-Peux-tu te poster près du bar et surveiller que personne en dehors des employés ne passe, s'il te plait.

Après avoir acquiescé d'un mouvement de tête, le gardien s'éloigna en direction du bar. Leïna pouvait maintenant arrêter de surveiller cette partie, elle s'adressa de nouveau à Tessa :
- Le jeune homme là bas ne commande pas dîtes-vous. Et il vient souvent ? Depuis longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Téa
Admin
Peuple : Humain
Or : 503

Feuille de personnage
Or: 84


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Dim 12 Avr - 0:00
avatar
Téa était contente d'elle, mais cette sensation ne dura pas bien longtemps. Diriger l'attention de l'elfe vers cette vielle bourrique n'allait finalement pas l'arranger plus que ça. Elle ne savait pas exactement pourquoi elle avait presque aussitôt définir qu'elle n'était pas coupable, mais sa déclaration s'était presque enchainée sur la mise en place d'un gardien près du comptoir. Cela n'allait arranger ses affaires, bien qu'heureusement, son statut d'employée allait lui rendre un bon service. Voyons voir. Elle réprima un petit sourire. Oui, un plan intéressant était en train de germer sous son crâne. Bien. Très bien même.

- Sir Henri ? Non, je ne l'ai jamais vu demander quoi que ce soit. Il reste assis du matin au soir, lit des papiers que parfois des hommes en costume noir lui apporte, et c'est tout. On ne peut quasiment pas l'approcher.

Il lui était assez difficile de se prononcer sur le reste des questions. Elle n'était pas ici depuis assez longtemps pour réellement le savoir. Cependant, il lui avait semblé que l'une des autres serveuses s'était plainte que depuis l'arrivée d'Henri la semaine dernière, une sorte d'ambiance sombre hantait les tables du fond. Sa présence semblait dissuader les autres clients de prendre place auprès de lui. Il faut dire que ce n'était pas ses paroles cinglantes qui risquaient de les attirer, Téa en avait fait les frais une fois, et se gardait bien de l'approcher depuis.

- Cela ne fait pas plus de quinze jours. Il a du commencer à venir depuis le milieu de la semaine dernière. On raconte des choses étranges à son sujet.

Elle s'approcha de Leïna en chuchotant.

- Certains disent que c'est un inspecteur qui vient vérifier qu'il n'y a pas de contrebande au Comptoir. D'autres disent que c'est un voleur qui essaye d'en apprendre plus sur les futures transactions intéressantes. Et d'autres que c'est un fou qui choisit sa victime avant de... couic ! Vous voyez ce que je veux dire ?

Téa se redressa, et fit un grand sourire à la policière.

- Mais bon, vous savez, ici, les rumeurs ça file à vive allure. Il suffit que l'un des clients soit un peu étrange ou désagréable pour que l'on se mette à commérer dessus. Vous voyez les deux gnomes là bas ?

Elle lui montrait deux personnages haut en couleur, les habits bariolés de rouge, jaune, vert et violet, qui semblaient en pleine discussion. Ils portaient de nombreux bijoux, visiblement en toc, mais aussi des sortes de fioles, des gadgets bizarroïdes, des lunettes rafistolées et des gants en cuir pendaient à leur ceinture.

- Cela fait quatre jours qu'ils viennent ici. Quand ils arrivent, on entend qu'eux. Ils tapent du pied, rigolent fort, commandent des boissons à tour de bras, mais on ne sait pas exactement ce qu'ils font là. On leur à posé la question mais tout ce qu'on a eu comme réponse, c'est "Nous sommes sur un projet épatant, vous verrez !". Alors depuis...

Elle s'arrêtant un instant, s'assurant que l'elfe l'écoutait.

- Certaines serveuses ont commencé à dire qu'ils leur pinçaient le derrière, mais je n'ai rien remarqué personnellement. Et puis une autre à déclaré qu'elle les avait entendu du parler de bombe. Ca a été la panique pendant une bonne journée, mais comme rien n'a explosé, tout le monde a finit par croire qu'elle avait mal compris. D'autres pensent qu'ils essaient de trouver un mécène pour financer une troupe de cirque ou d'amuseurs ambulants. Vous voyez... C'est assez dur de démêler le vrai du faux.

Elle s'excusa un instant, et fila derrière le bar récupéré un chiffon. Elle devait tout de même aidé un peu si elle ne voulait pas se faire remarquer. Bien que les chances soient minces, avec tout ce monde, personne n'avait vraiment la tête à travailler. Elle revint en vitesse pour se mettre à nettoyer une table à côté de la policière, restant ainsi à sa portée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Amië
Peuple : Elfe
Or : 183

Feuille de personnage
Or: 301


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Lun 20 Avr - 20:46
avatar
Cette employée était bien au courant des dernières rumeurs. Leïna ne pensait pas qu'il en circulait autant, en quelques minutes elle accumula tellement d'informations sur ces clients qu'elle en oublia presque le but de sa venue ici. Elle avait plutôt envie de questionner l'autre serveuse à propos de cette "bombe", ainsi que les gnomes... Mais ce n'était pas le moment et elle avait bien d'autres choses à faire.
Cet Henri la perturba de plus en plus. Voyant que Téa était retourné au travail, l'inspectrice décida de stopper sa discussion avec elle pour le moment. Elle se dirigea vers cet homme en reprenant son écoute des conversassions alentour. Ce cambriolage faisait naitre encore plus de rumeurs, et tous les passants semblaient s'intéresser à l'enquête. En avançant vers ce mystérieux homme, elle jeta un coup d'oeil derrière le comptoir et vit un vase qui semblait venir d'un autre temps. Pourquoi était-il derrière le comptoir ? Et pourquoi dans une vitrine ? Était-ce le vrai ou également un en toc ? Beaucoup de questions se bousculaient dans sa tête. Après avoir vérifier que le gardien était bien en place et faisait son travail, elle tourna la tête en direction de son prochain interlocuteur.

- Excusez-moi monsieur, puis-je vous parler ?

L'homme ne bougea pas et ne sembla même pas l'entendre. Il fixait droit devant lui sans réagir. La jeune femme s'approcha alors de lui et posa sa main sur son épaule. L'homme sursauta et tourna la tête vers l'inspectrice.

-Excusez-moi de vous avoir fait peur Sir, mais je voudrai m'entretenir avec vous. Pouvez-vous me suivre ?

Hochant la tête, l'homme la suivi un peu à l'écart. Elle continua en faisant un geste vers la vitrine cassée :

- Je m'appelle Leïna et je suis l'inspectrice chargée de trouver le coupable de ce vol. J'espère que vous allez pouvoir m'aider.

D'une voix hautaine et avec le regard noir il lui répondit :

-Et comment pourrais-je vous aider ? Vous me soupçonnez d'avoir volé quelques bijoux en toc ? Il est hors de question que je vous réponde, je ne m'abaisserai pas à cela. Au revoir !

Il tourna les talons et s'éloigna dans la ruelle. Impossible pour Leïna de le retenir contre son grès, la dernière fois son patron n'avait pas apprécié. Il était étrange qu'il sache que les bijoux étaient en toc, personne ne l'était à part le gérant et quelques employés... Mais s'il le savait, soit il était coupable et avait été déçu de la marchandise, soit il était innocent. D'après ce qu'elle avait pu voir en s'approchant, il faisait plutôt parti des nobles, il était plus vraisemblable qu'il soit innocent. Mais il restait désagréable et peu aimable...

Leïna regarda partout autour d'elle pour chercher la jeune serveuse qui devait être là pour l'aider mais ne la trouva pas. Elle tourna donc la tête vers le comptoir et vit que le garde était distrait par une autre serveuse. Ces hommes... Facile de les distraire apparemment ! Heureusement, aucun soucis à l'horizon concernant cette zone. Elle s'approcha et demanda à la serveuse la plus proche s'il était possible de trouver Tessa, car même si ses oreilles étaient infaillible, ce n'était pas le cas de ses yeux....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Téa
Admin
Peuple : Humain
Or : 503

Feuille de personnage
Or: 84


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Jeu 23 Avr - 21:30
avatar
Tout en prenant soin de rester derrière Leïna afin de ne pas être dans son champ de vision, mais assez proche pour pouvoir écouter la conversation, Téa briquait et astiquait les tables et les chaises. L'inspectrice en avait après le pauvre Henri, visiblement décidée à lui tirer les vers du nez. Bien fait pour lui, cela lui apprendrait peut-être à être plus aimable. Et à ne pas piétiner les platebandes des vrais voleurs.

Pendant qu'elle nettoyait une table, sa main se heurta contre une petite bourse en cuir. O joie ! Personne ne la regardait, elle se dépêcha donc de la soupeser et de la glisser dans son corset, ni vu ni connu. Il y en avait bien pour une bonne quinzaine de pièces là-dedans, sa journée n'était pas perdue, et c'était bon signe. Elle remercia Uzna de sa générosité, et lui demanda de lui accorder autant de chance pour la suite des évènements. Elle reporta ensuite son attention sur la policière, qui avait écarté Henri pour l'interroger. Mais celui-ci n'avait pas l'air enchanté, et il prit même la poudre d'escampette. Etrange. Téa n'avait pas perdu une miette de ce qui s'était dit. Comment pouvait-il être au courant pour les faux bijoux ?

Une table n'avait pas été débarrassée, elle emporta donc le plat derrière le comptoir, dans la petite arrière-cuisine, et déposa le tout près du grand évier en céramique blanche. Une invention de gnome fort utile la céramique. Elle ne s'attarda pas de trop, ne voulant pas laisser la policière seule trop longtemps, et revint juste à temps pour la voir engager la conversation avec Alice, l'autre serveuse. Elle allait les interrompre lorsqu'elle vit arriver Téo, son jeune chapardeur. Elle lui fit vite signe de rester éloigné, elle irait le trouver plus tard. Ou, si c'était un gamin intelligent, il s'arrangerait pour lui laisser la clé sans lui adresser la parole. Alice la désignait de la main, il était temps pour elle de se remettre en selle.

- Léïna ? Sir Henri a fuit ? Que c'est-il passé ? Il ne faut pas lui courir après ?

Elle prit un air inquiet. En même temps, elle commençait à l'être réellement un peu. L’attitude du jeune homme n'était vraiment pas normale. Etait-il possible qu'il ait trempé dans cette affaire ? Ce qui aurait pu expliquer pourquoi le vol avait été presque aussitôt repérer avec grand fracas.

- Voulez-vous que je demande à un des gardes de l'entrée de le rattraper pour vous ?

Les policiers près de la vitrine cassée n'avaient pas eu l'air de réagir lorsque le jeune homme les avaient dépassé en courant. Encore des gens bien véloces. Enfin, elle n'allait pas se lamenter, moins les veilleurs et gardiens étaient performants, moins les larcins étaient risqués. Mais c'était aussi moins exaltant. L'elfe avait l'air compétente, mais elle ne put s'empêcher de la plaindre un peu. Elle devait parfois en avoir marre d'être entourée de collègues aussi peu vifs. Bon, ils ne l'étaient pas tous tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Amië
Peuple : Elfe
Or : 183

Feuille de personnage
Or: 301


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Jeu 23 Avr - 22:49
avatar
Leïna ne savait pas par où prendre cette enquête. D'habitude, les voleurs laissaient des races et, si ce n'était pas le cas, des complices ou des personnes au courant traînaient dans le coin et elle pouvait écouter leurs conversassions... Cette fois c'était différent, il fallait absolument faire avancer les choses. L'homme que Téa appelait Henri était parti sans l'aider et sans même lui parler, les veilleurs présents étaient plus occupés à discuter entre eux de leur soirée passée et les serveuses n'avaient pas l'air très inquiétée par la situation. Que fallait-il faire pour faire bouger les choses ??

Rattraper Henri n'était pas nécessaire, une perte de temps dont l'inspectrice n'avait vraiment pas besoin. Elle avait juste envie de s'allonger dans son lit et de fermer les yeux, mais ce n'était pas le moment. Dans un soupir elle souffla :

-Non, ne vous inquiétez pas, je pense qu'il est innocent. Un homme de cette classe sociale là enverrai plutôt quelqu'un d'autre pour voler à sa place.

Leïna entendit une respiration très forte, saccadée et il lui semblait même que la personne était stressée. Elle chercha donc des yeux dans la pièce et s'aperçut qu'une nouveau jeune homme était arrivé. Sa vue n'était peut-être pas bonne mais sa mémoire si, surtout sur la scène d'un vol sur lequel elle enquête : il n'était pas là il y a 5 minutes. Elle le désigna d'un signe de tête et reprit la parole :

- Par contre, je veux bien en savoir plus sur ce jeune homme là-bas. Il n'était pas là tout à l'heure et a eu l'air de cherché quelque chose ou quelqu'un il y a quelque secondes. Vous le connaissez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Téa
Admin
Peuple : Humain
Or : 503

Feuille de personnage
Or: 84


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Dim 3 Mai - 21:42
avatar
Zut, l'elfe n'avait pas vraiment l'air motivée par le fait de se mettre à la poursuite de Sir Henri. Cela voulait dire qu'elle allait rester dans les parages un bon moment encore. Bon peu importait.

- Si vous le dites, c'est vrai qu'on se demande bien pourquoi il ferait ça lui même. Bien qu'il ne soit pas toujours très avisé, je crois qu'il aime bien attirer l'attention sur lui.

Ce qui était pour le moins inquiétant pour le moment, c'est que si l'inspectrice ne voulait pas perdre son temps à courir après Henri, elle venait de repérer son chapardeur. Si elle se doutait de quoi que ce soit, en dépit du fait que le pauvre Téo n'ait rien à voir dans cette affaire de faux bijoux, il se pourrait que la suite des évènements se compliquent difficilement. Et douloureusement. Bon sang, elle avait l'oeil vif, trop vif pour le propre bien de la voleuse. Elle fit mine d'étudier le jeune homme avec attention, heureusement il ne regardait déjà plus dans sa direction.

- Ha, mais c'est le jeune Timmy.

Elle espéra qu'il mordrait à l'hameçon si jamais il se faisait interroger. S'il avait bien retenu ses leçons, il savait qu'il faut toujours utiliser un nom d'emprunt devant les gens, surtout les policiers. Même si Timmy n'était pas celui dont il usait habituellement, il ne devrait pas trop avoir l'air surpris.

- Enfin je crois que c'est Timmy. C'est un jeune courrier, il passe souvent ici remettre un message urgent, ou apporter une marchandise de dernière minute. Un bon moyen pour les jeunes de se faire un peu d'argent de poche. Il va et vient un peu à sa guise, je crois que tout le monde est habitué à lui.

Son esprit fonctionnait à toute allure, cherchant un moyen de se sortir de cette situation, lorsqu'on son oeil fut attiré par une épingle à cheveux qui venait de tomber de la coiffure de l'aristocrate qui se tenait derrière Téo. Imposante, la dame essayait de se frayer un chemin parmi la foule, et son épingle mal fixée en avait profité pour prendre la poudre d'escampette. Cela agit en véritable déclic sur Téa. Elle décida d'y aller franchement. Rien ne servait d'essayer d'éviter une confrontation. De toute façon, le jeune chapardeur n'avait véritablement rien à se reprocher sur ce cas-ci, et peut-être avait-il véritablement eu vent de quelque chose. Elle l’appela et se dirigea donc hâtivement vers lui.

- Voulez-vous que je lui demande de venir ? Il sert un peu tout le monde, il est fort possible qu'il est entendu parler de quelque chose qui pourrait vous servir.

- He Timmy !

Comme elle l'avait espéré, au son de sa voix, plusieurs personnes se retournèrent, dont Téo, à qui elle adressa un regard perçant suivit de gros yeux, pour lui signifier de se laisser faire. Elle le rejoint, et lui posa une main sur l'épaule, pendant que l'autre était tendu devant elle, de manière à ce que l'elfe située en retrait ne puisse rien voir. Elle ne s'était pas trompé à son sujet, le jeune était intelligent, et elle n'avait même pas ouvert la bouche que la clé avait été lestement glissée dans sa paume ouverte.

- Je suis avec la dame là-bas.

Elle se retourna pour lui indiquer l'inspectrice.

- Tu dois être au courant qu'il y a eu un vol un peu... raté cette nuit, elle a été chargée de l'enquête. Je crois qu'elle recherche des témoins éventuels... si tu veux bien aller la voir...

De la main qui était restée sur l'épaule du garçon, elle le tira un peu en avant, puis le dirigea vers l'elfe en le poussant doucement dans le dos. Elle ne savait pas s'il y allait bon gré mal gré, mais au moins il jouait le jeu. Elle se baissa rapidement pour ramasser l'épingle à chapeau, et fit mine de poursuivre la grosse dame déjà loin.

- Pardon, je voudrais passer, appelez Madame là-bas s'il vous plait, elle a perdu son épingle... Il faudrait lui remettre... ha je vois qu'il est trop tard.

Elle revint rapidement vers la policière.

- Désolée, encore un objet qui ira rejoindre les objets trouvés. Je vous présente donc Timmy, le courrier favori de beaucoup de gens ici. Il travaille vite et bien à ce qu'on en dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Amië
Peuple : Elfe
Or : 183

Feuille de personnage
Or: 301


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Mar 5 Mai - 18:51
avatar
-Une épingle ne devrait pas trop lui manquer.

L'inspectrice regarda le jeune homme que lui ramenait la serveuse et écoutait les réactions des personnes alentours. Certains semblaient le connaitre, d'autres juste le reconnaitre et d'autres encore ne l'avoir jamais vu. Etrange, ce garçon était capable de se faire remarquer comme oublier. Il semblait honnête et droit dans ses bottes, mais Leïna savait bien que les apparences ne veulent rien dire. Son oreille se releva lorsqu'elle entendit une serveuse maugréer à l'oreille d'une autre

-Ah, encore lui ! Il est tout le temps fourré là en ce moment tu as remarqué ? Toujours à la même place, au bar ! Et c'est toujours Tessa qui le sert ! Il est si mignon, j'aimerai bien le servir moi !

Un sourire s'afficha sur le coin des lèvres de l'inspectrice qui se dit qu'en effet, il était plutôt bel homme, bien qu'un peu jeune. Mais il était toujours servi par la même serveuse, celle là même qui la suivait depuis le matin. Au cours de sa réflexion, l'elfe se rendit compte que son ventre gargouillait : n'ayant pas pu réellement manger à sa faim le matin, son corps svelte réclamait du carburant. Il fallait tout de même resté concentrer.

- Excusez-moi, la matinée est longue, et être sur une enquête aussi étrange dés le réveil n'aide pas. Bonjour Timmy, je suis l'inspectrice chargée de l'enquête. Cette charmante serveuse m'a indiqué que tu venais assez régulièrement par ici et que tu pourrais peut-être m'aider. As-tu remarquer une personne spéciale ces derniers temps ? Quelqu'un qui s'intéressait de près aux vitrines de bijoux ?

Le jeune homme semblait en pleine réflexion puis haussa les épaules

- Vous savez, je ne suis que courrier. Je vois bien des gens, et tous plus étranges les uns que les autres. Il est vrai que j'aime venir me rassasier ici quand j'ai des livraisons dans l'coin, mais dans ces moments de pause je ne fais pas trop attention. Je ne crois pas vous être d'une grande utilité. Par contre ce matin, en venant faire mes livraisons dans le quartier, j'ai entendu parlé de ce vol, et j'ai cru entendre un nom terminant par "ri". Mais je n'ai pas d'assez bonnes oreilles pour en être sûr.

Henri ? L'inspectrice aurait-elle fait une aussi grosse erreur de jugement ? Avait-il commanditer ce vol ? L'avait-il commit ? Les informations tournaient en rond dans sa tête mais rien n'était clair. Elle avait faim, et sans nourriture le cerveau ne fonctionne pas !

- Merci bien, ces informations me seront très utiles ! Je vous laisse continuer votre tournée !

Elle se tourna alors vers le comptoir.
-Excusez moi, il n'est pas dans mes habitudes de faire ça, mais j'aurai besoin de manger quelque chose. Serait-il possible d'avoir un sandwich au thon ?

L'une des serveuse acquiesça et parti en direction des cuisines. En sachant que son corps allait être rassasié, son cerveau se remit à fonctionner. Henri ne semblait pas capable de commettre un vol, même peu glorieux. Mais peut-être qu'il a payé quelqu'un pour le commettre, et si c'est le cas, cette personne doit être dans l'assemblée, là autour, pour vérifier que son patron ne soit pas mit en cause. L'inspectrice regarda alors attentivement l'ensemble des badaud en attendant son sandwich.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Téa
Admin
Peuple : Humain
Or : 503

Feuille de personnage
Or: 84


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Sam 9 Mai - 18:00
avatar
Se tenant sagement près de la policière, prête à intervenir si jamais les questions s'avéraient trop dangereuse pour le jeune chapardeur, Téa écoutait tranquillement tout ce que Leïna et Timmy se disaient. Elle s'était légèrement tournée de côté, et savourait ces minutes de répit pour admirer la prise qu'elle venait de faire. Profitant de la fausse bousculade provoquée lorsqu'elle avait prétendument voulu rendre son épingle à la dame, elle avait subtilisé une bague étincelante à une main qui passait devant elle. Ha, ces gens fortunés. Ils en avaient tellement qui leur pendaient au bout des doigts qu'un de plus ou de moins, ils ne s'en rendaient même pas compte. S'était même plus un acte de sauvetage qu'un vol, car la bague située en bout de course de l'auriculaire était mal ajustée et avait glissée dans sa main sans qu'elle eut à forcer. Elle aurait finit par terre avant la fin de la journée si Téa ne s'en était pas occupé.

La bague était en argent pur, cela allait lui rapporte gros. Elle la rangea soigneusement dans sa poche, voyant que la conversation à ses côtés prenaient fin, et se tourna vers Timmy. Lui adressant un petit clin d'oeil alors qu'il filait à vive allure vers la sortie, elle sourit d'un air appréciateur. Il irait loin celui là, elle en mettrait sa main au feu. La policière venait de commander de quoi calmer son estomac. Elle se tourna vers elle.

-Vous auriez pu commander quelque chose de meilleur vous savez. Cependant, les sandwichs du chef sont vraiment délicieux, vous ne perdrez rien au change.

La policière avait l'air très absorbée par les passants, plongée dans ses pensées, et Téa ne savait pas si elle l(avait entendu. Elle était sans doute en pleine réflexion, essayant de reconstituer la scène du vol, de comprendre ce qu'il avait bien pu se passer, et qui pouvait bien être le coupable. La voleuse commençait pour sa part à se faire sa petite idée sur le sujet. Elle ne pouvait pas le révéler à l'inspectrice sans se dévoiler, mais elle savait de source très sure que le jeune Henri trempait dans de sales coups. Pas pour gagner de l'argent, mais pour frimer auprès de ses amis et autres personnes peu scrupuleuses qui profitaient sans doute de lui. Mais ses petits coups en douce irritait bien du monde chez les voleurs, qui n'aimaient pas trop que l'on marche sur leurs platebandes. Elle n'en était pas certaine bien sur, mais elle aurait pourtant parié gros sur son hypothèse. Selon elle, quelques voleurs, certainement des jeunes, avaient dû vouloir lui donner une petite leçon, et avait monté ce coup foireux pour lui faire porter le chapeau. En réalité, ils l'avaient peut-être même encouragé directement à faire le vol, lui promettant assistance, pour le laisser en plan par la suite. Cela ne serait pas une première. Elle était sure que des indices allaient se mettre à apparaître comme par magie, et que les policiers seraient menés sans trop de mal directement chez le jeune noble.

Elle soupira. Il s'en tirerait avec une bonne leçon de morale, le père paierait sans doute une grosse amende, peut être bien un pot de vin, et tout finirait là. Si Henri n'était pas trop stupide et borné, il arrêterait d'essayer de persister dans un domaine qui le dépassait complètement Évidemment, elle pouvait complètement se tromper, ce n'était qu'une vague intuition qu'elle avait, mais le comportement suspect du jeune noble, ce vol honteux, les bruits de couloirs...

Revenant à ses affaires, elle décida qu'il était temps pour elle de passer à l'action. Elle n'était pas comme Henri, et le vol pour elle, c'était une affaire sérieuse. Telle qu'elle était là, la policière pouvait rester la journée à surveiller les gens, voir le lendemain, et le surlendemain, et Téa n'en pouvait plus d'attendre. De plus il n'était jamais bon de passer trop de temps en si bonne compagnie. Elle passa derrière le comptoir, chiffon en main, et se mit à astiquer tout ce qui lui tombait sous la main. Vases, bouteilles, verres, vitrines... La serveuse qui apporta à manger à l'elfe lui dit bonjour en passant, la confirmant dans son rôle. Sa couverture était parfaite.

Arrivée devant la vitrine qui contenait le vase, elle sortit la clé que Téo lui avait remis, et adressa une prière muette à Uzna, déesse des voleurs, pour que celle-ci tourne sans accroc dans la petite serrure. Elle inséra la clé et tourna doucement. sa joie était sans bornes. Le travail avait parfaitement été exécuté, la petite porte vitrée s'ouvrit tout naturellement. L'air de rien, elle commença par sortir une assiette finement ouvragée, belle mais de peu de valeur, l'essuya, la reposa au mauvais endroit et passa au vase. C'était réellement une pièce splendide, un véritable chef d’œuvre dans le jade le plus pur. Elle l'essuya, le posa, astiqua une ou deux bouteilles, quelques verres en cristal, et referma la vitrine, omettant soigneusement de remettre le vase à sa place. Pour tromper l'oeil, elle l'avait remplacé par une bouteille en verre soufflé qu'elle avait laissé en prévision sous le comptoir, deux jours auparavant. Les couleurs étaient presque identiques, les formes aussi. De plus, elle avait pris soin de ne pas reposer les objets de la vitrine exactement là où ils étaient, créant ainsi une légère confusion pour les yeux, habitués ou non, des clients. Elle referma la vitrine à clé, astiqua le reste du comptoir pour la forme, et posa comme machinalement son chiffon par dessus le vase.

L'inspectrice était toute à son sandwich, et ne se préoccupait pas de ses gestes, qui devaient être perçus comme ce qu'ils étaient, un dépoussiérage habituel des lieux. Ce que les gens ne pouvaient pas savoir, c'était que les serveuses n'avaient en principe pas le droit de toucher aux vitrines. Mais le patron n'étant pas là...

Elle sortit un panier pour y caler le vase, le recouvrit de son chiffon, et passa dans l'arrière cuisine pour y quémander un reste ou deux, qu'elle plaça sur le dessus du panier. Le comptoir du commerce était en effet généreux avec ses employés, les encourageant à récupérer le pain ou la nourriture en surplus pour ne pas la gaspiller. Elle allait s'éclipser sans demander son reste, mais la vue de l'elfe lui fit monter un sourire aux lèvres. Ce n'était pas bien de jouer avec le feu, mais pourtant c'était si excitant. Elle s'approcha donc d'elle, et la salua avec courtoisie.

- J'espère que votre faim sera comblée, et que vous réussirez à coincer votre voleur. Pour ma part, j'ai rempli mes horaires, je vais donc vous quitter. Mais je pense qu'une autre personne sera sans aucun doute mise à votre disposition pour la poursuite de votre enquête. Il en va de la réputation du Comptoir après tout.

Elle lui sourit avec sympathie, se demandant si cette elfe arriverait à trouver le fin mot de l'histoire. Elle espérait qu'on ne l'accablerait pas trop quand on découvrirait que le vase de jade avait disparu quasiment sous son nez. En tout cas, pour sa part, elle ne mettrait plus les pieds ici avant un certain temps, et éviterait même de passer à proximité. Malgré son grimage, mieux valait éviter de prendre le moindre risque.

- Je vous souhaite bonne chance. Ca ne doit pas être facile de mener une enquête avec tout ce monde. Ho, au fait, avez-vous pu parler au veilleur de nuit ? Je ne suis pas sûre qu'il soit là, il doit être épuisé, mais il arrive la plupart du temps en milieu d'après-midi. Il sera sans doute ravi de vous donner sa version des faits, je pense que c'est lui qui a découvert le casse. A bientôt madame.

Elle s'inclina, son panier sous son bras, et se hâta vers la sortie. Juste avant de passer la porte, elle aperçut un couvre chef magnifique abandonné sur le porte manteau de l'entrée. D'un sourire ravi, elle s'en empara, le tapota pour lui redonner forme, et le posa sur sa tête, avant de franchir le seuil du Comptoir. Si elle arrivait saine et sauve au bout de la rue, l'affaire était dans le sac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Amië
Peuple : Elfe
Or : 183

Feuille de personnage
Or: 301


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Mer 20 Mai - 9:54
avatar
La voix de la jeune fille qui la suivait depuis le matin la surprit en lui adressant la parole alors qu'elle était en pleine réflexion. Elle pensa à lui répondre mais elle était bien trop concentré pour prononcer une phrase cohérente, et il serait dommage de dévoiler ses pensées à cette personne. Bien qu'elle ai été très présente et de bonne foi, il était difficile pour l'inspectrice d'admettre qu'une personne était à ce point prête à aider la police. Généralement, les employés des victimes n'étaient pas des plus utile lors d'une enquête.

Une fois le sandwich arrivé, le ventre de Leïna se calma et elle reprit le cours de ses pensées. Après avoir astiqué toutes les vitrines du comptoir, la serveuse eu l'air d'aller en cuisine puis s'adressa à l'inspectrice. Toujours en pleine réflexion, aucune réponse ne sorti de la bouche de cette dernière. Elle écoutait attentivement les bruits alentours, les discussions, les estomacs grognants, etc.
Un gamin d'à peine plus de 12 ans arriva alors vers elle :

-Madame, c'est vous qui devez trouver qui a volé tout ça ?

Il pointa le doigts vers les vitrines brisées. Cette fois elle n'y couperait pas, il fallait répondre.

- Oui en effet, tu as quelques renseignements pour m'aider jeune homme ?

En pointant vers la ruelle où se trouvait encore Téa, il répondit :

- Eh bien, j'ai entendu des jeunes dans la rue là bas. Ils disaient que c'était bien fait pour ce "sale faux riche" pour les citer, et qu'ils espéraient qu'il se ferait serrer pour toutes les "merdes qu'il a apporté au quartier".
Leïna eu envie de sourire à voir le jeune garçon faire des guillemets avec ses doigts, mais il fallait resté sérieux.

- Sais-tu de qui parlaient ces gens ?

- Non m'dame, mais vous savez y a un gars, Henri il s'appelle, il énerve tout le monde ici ! Il essaye de faire de garçons comme moi ses voleurs : il nous dit qu'il nous paiera pour voler ci ou ça. Mais ces derniers temps, personne ne veut voler pour lui. Peut-être que c'est lui qui a essayé de se servir tout seul ?

C'était effectivement une possibilité : il voulait prouvait qu'il pouvait faire le sale boulot mais s'était planté. Mais comment ce petit homme pouvait savoir tout ça ? Et qu'est-ce que ces jeunes gens pouvaient vouloir dire par "bien fait pour lui" étant donné qu'il n'a pas été inquiété ?
Un policier arriva vers elle à ce moment là :

-Regardez inspectrice, on a trouvé ce bout de tissu accroché sous une des vitrines !

En observant le bout de tissu, elle s'aperçut qu'il était de la même matière et de la même couleur que celui qui composait le manteau du jeune Henri, qu'elle avait innocenté plus tôt dans la journée. Mince, elle s'était trompé ! Il était pourtant assez rare que cela se produise... Elle reprit rapidement ses esprits et s'adressa au policier :

- Je crois savoir à qui il appartient, ce bout de tissu. Demande aux gardiens d'être très vigilants, et toi va chercher un certain "Sir Henri", il est parti par là bas, et emmène le à la salle d'interrogatoire. J'arrive d'ici quelques heures.

Le petit homme n'avait rien loupé de la conversation et il avait l'air d'essayer de tout retenir. Etrange. Elle s'adressa à lui :

- Je te suis. Montre moi où sont ces personnes dont tu me parlais.

Elle sorti du comptoir et fut soulagé d'être à l'écart de ces bruits désagréables pour ses oreilles. Mais le petit courrait et il fallait le suivre. Ils rattrapèrent bien vite la serveuse puis la dépassèrent. Le garçon tourna dans une ruelle et Leïna en vit alors 3 autres, à peine plus âgés que le premier. Elle reprit son souffle et remercia ses entraînement quotidien de lui apporter cette endurance.

- Bonjour messieurs. Votre ami m'a dit que vous saviez peut-être des choses sur le vol du comptoir. Pouvez-vous m'aider ?

- Ah, c'est vous qui allez arrêté cette ordure ?? Très bien ! On va tout vous raconter !!! Mais d'abord, promettez nous qu'il ne nous arrivera rien.

Ces gamins n'étaient pas bien vieux, de toutes façons ils ne seraient pas emprisonné... Elle décida de leur mettre un peu la pression.

- Je vous écoute. Dites moi la vérité et je vous protégerais.

Ils se concertèrent du regard et celui qui semblait être le leader prit la parole :
- Hier, Henri est venu nous voir pour nous demander de voler les bijoux du comptoir. On ne voulait pas le faire parce que nos parents nous tueraient s'ils pensaient qu'on était des voleurs. Mais il n'arrête pas d'emmener nos amis pour leur donner de l'argent afin qu'ils volent ! Alors nous, on a décidé de le punir. On lui a dit qu'on l'aiderait et le moment venu, on s'est vite échapper ! Mais comme il n'est pas bien malin, il a continué et a tout raté ! Il va aller en prison, hein ? Dites, on en sera débarrassé hein, m'dame ?

L'inspectrice se demanda si le jeune disait la vérité. Sa voix semblait sincère en tout cas. Elle leur demanda s'ils pourraient répéter tout ça officiellement et s'ils voulaient bien la suivre. Elle voulait faire avouer Henri pour être sûr qu'il serait enfermé, mais elle avait besoin de ce témoignage. Elle ferait tout pour qu'ils ne soient pas emprisonnés, ils l'ont bien aidé ! Ils acceptèrent et retournèrent vers la rue principale, juste au moment où Téa passait au croisement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Téa
Admin
Peuple : Humain
Or : 503

Feuille de personnage
Or: 84


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Ven 12 Juin - 19:46
avatar
Téa avançait le plus vite possible, mais sans courir non plus. Courir, ça vous rendait tout de suite coupable de tout et n'importe quoi, et les gens vous regardait tous d'un air soupçonneux. Non, affichant un sourire charmant et avançant droit devant elle, l'air sûre d'elle et complètement innocent, elle voyait le coin de la rue approcher avec soulagement. Cependant, des cris agités la firent se retourner. Une bande de gamins se pressaient autour de la policière, en lui racontant elle ne savait quoi.

Cependant, elle connaissait de loin la bande. Ils étaient encore jeune et pas vraiment intégrés à la Guilde, cependant ils commençaient à apprendre le métier avec ardeur. Son pressentiment avait du être le bon, plus ou moins, ils avaient du tendre un piège au jeune noble. Mais quoi qu'il en soi, ce n'était pas ses affaires. Dépêche-toi de t'éloigner, ton coup est parfait lui, ne va pas t'attirer des ennuis. Elle repris son chemin, mais alors qu'elle arrivait au croisement, elle eut l'impression désagréable que sa nuque la picotait, comme si on l'observait intensément. Le fameux instinct du voleur en pleine alerte. Elle savait bien qu'il ne fallait pas qu'elle se retourne. Mais c'était plus fort qu'elle. Elle tourna légèrement la tête, ce qui lui suffit pour constater que l'elfe la regardait s'éloigner.

Nerveuse, les yeux tournés dans la mauvaise direction, elle percuta une vieille dame qui passait de plein fouet, et après avoir battu les bras d'un air étonné pour essayer de retrouver son équilibre, elle se retrouva par terre.

- Bon sang !

Son panier était à terre lui aussi, et le vase était découvert. Elle se dépêcha de se relever, mais la vieille dame aussi était tombée, et il allait falloir qu'elle l'aide à se relever.

- Désolée, vous allez bien ? Je vais vous aider...

Elle se baissa pour tendre un bras à la vieille dame, qui avait l'air un peu perdue par les évènements, et pas pressée de se remettre debout. Téa serra sa mâchoire, impatiente d'en finir. Une fois la vieille dame relevée, elle tourna la tête vivement en direction de la policière. Avait-elle vu le vase ?

Ce n'était pas le moment de se poser des questions. Téa inspira profondément, et sans perdre une seconde remballa précieusement le vase dans la panier, et fila dans les ruelles des bas quartiers sans demander son reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Amië
Peuple : Elfe
Or : 183

Feuille de personnage
Or: 301


MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial Dim 28 Juin - 0:00
avatar
L'inspectrice n'avait pas fait attention au grand chapeau que portait la serveuse : bien classe pour une personne qui n'est pas noble. Les apparences sont trompeuses, il faut croire. La serveuse s'éloignait et percuta une vieille dame au coin de la rue : tout tomba au sol.
Il sembla à l'inspectrice voir un objet tomber de son panier : un peu gros pour des restes de nourriture. Leïna regretta de ne pas avoir une vue aussi perçante que son ouïe... Elle voulu aller vérifier par elle même que tout allait bien pour la vieille dame et vérifier au passage ce que contenait ce panier mais les gamins l'attendaient avec impatience. Déjà stressé de se rendre au commissariat, il ne fallait pas les faire attendre ! Surtout que la vieille dame semblait bien se porter et que la serveuse ne prenait pas ses jambes à son cou.

L'inspectrice prit donc la direction du QG de police avec ses témoins. Une fois arrivée, elle prit les dépositions de ses témoins et à peine cela terminé on vint la chercher en lui signalant que son suspect était arrivé. Contrairement à ce qu'elle pensait, il ne fallut pas beaucoup de temps ni de pression à l'inspectrice pour avoir les aveux de ce jeune homme : le simple fait de dire que des témoignages avaient été reçus, et il avouait... Petit tour en prison pour ce voleur bien débutant !

La journée touchait à sa fin, et l'inspectrice était exténuer, elle rentra donc chez elle afin de se détendre et de se reposer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le vase en jade du comptoir commercial
Revenir en haut Aller en bas

Le vase en jade du comptoir commercial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vol au vent :: Les bas-quartiers :: Le port :: Comptoir commercial-